Bretagne et Grand Ouest

Conférence mondiale 2017 contre les bombes A & H : Déclaration de la réunion internationale

World conference against A and H bombs

Le 7 juillet de cette année, 72 ans après les bombardements atomiques américains d’Hiroshima et de Nagasaki, un traité visant à interdire les armes nucléaires a finalement été adopté. Ayant travaillé avec le Hibakusha depuis la Première Conférence mondiale contre les bombes A et H en 1955 pour appeler à la prévention de la guerre nucléaire, à l’élimination des armes nucléaires et au soulagement et à la solidarité avec les Hibakusha, nous accueillons chaleureusement l’adoption du traité en tant que Événement historique et s’engager à aller de l’avant avec une détermination renouvelée à réaliser un « monde exempt d’armes nucléaires, pacifique et juste ».

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires est un jalon qui mène à leur élimination totale, l’aspiration longtemps chère des Hibakusha et des personnes à travers le monde.

Le traité reconnaît que les armes nucléaires sont des armes inhumaines qui entraîneraient des conséquences catastrophiques, allant à l’encontre de la Charte U.N., du droit international, y compris du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme. Il les stigmatise donc. Les armes nucléaires sont maintenant non seulement immorales, mais aussi explicitement illégales pour la première fois dans l’histoire. Il reconnaît à juste titre la lutte des survivants de la bombe A dans leur appel à « No More Hibakusha », affirmant qu’il est «conscient de la souffrance inacceptable et des dommages causés aux victimes de l’utilisation d’armes nucléaires (hibakusha) À partir de ceux qui sont affectés par le test des armes nucléaires », et en les décrivant comme support de « le rôle de la conscience publique dans la poursuite des principes de l’humanité ».

Le traité interdit toutes les activités liées aux armes nucléaires, y compris le développement, la production, les essais, la fabrication, l’acquisition, la possession, le stockage et l’utilisation ou la menace d’utilisation, sans permettre les échappatoires. Il est important de souligner qu’il fournit un cadre pour l’élimination totale des armes nucléaires en élaborant les moyens pour les puissances nucléaires de devenir parties au traité. Il stipule également la responsabilité de fournir une assistance à Hibakusha et aux victimes d’essais nucléaires, répondant aux attentes des personnes des pays ayant subi des bombardements A ou des essais nucléaires. Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires est le fruit des luttes mondiales sur quelque 70 années d’après-guerre pour réaliser un «monde sans armes nucléaires ».

Le monde voit encore quelque 15 000 armes nucléaires menacer la survie de l’humanité. Le développement et la modernisation des armes nucléaires continuent. Le danger de l’utilisation réelle des armes nucléaires reste réel. Les tensions dans diverses parties du monde préoccupent de plus en plus l’utilisation éventuelle d’armes nucléaires. Nous appelons tous les États à faire face à la nature inhumaine des armes nucléaires. Pour atteindre la paix et la sécurité du monde, une interdiction et l’élimination des armes nucléaires est essentielle. Tous les États devraient adhérer sans délai au traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Nous demandons en outre que toute activité interdite par le traité soit terminée et renoncée à jamais.
Que le traité interdise l’utilisation ou la menace d’utiliser des armes nucléaires signifie qu’il nie l’argument de la « dissuasion nucléaire » utilisé comme principale justification pour continuer à posséder des armes nucléaires. Nous demandons aux puissances nucléaires d’abandonner leurs politiques de dissuasion nucléaire et leurs alliés à renoncer à leur dépendance et à rompre avec le « parapluie nucléaire ».

En outre, nous devons aller de l’adoption du traité à l’élimination totale des armes nucléaires, pour parvenir à un « monde exempt d’armes nucléaires, pacifique et juste ».

Il faut avant tout autre chose de tirer le meilleur parti du potentiel inhérent au traité. Toutes les activités qui vont à l’encontre du traité doivent être condamnées par la communauté internationale. Étant donné que la norme juridique est maintenant établie pour rendre les armes nucléaires illégales, aucun État qui refuse de signer le traité ne peut contourner les restrictions politiques et morales. Il comporte la possibilité de restreindre et de paralyser les stratégies nucléaires mondiales des superpuissances nucléaires.

Il sera encore plus important qu’avant de développer la coopération entre les gouvernements qui ont travaillé pour le traité, les Nations Unies et les mouvements de la société civile. Avec le traité d’interdiction nucléaire, il existe maintenant une nouvelle opportunité pour construire les mouvements et le soutien public pour eux. Avec la participation de représentants des mouvements anti-nucléaires dans le monde et des gouvernements nationaux, et de l’U.N., la Conférence mondiale contre les bombes A et H a favorisé les dialogues et la coopération entre eux. La sensibilisation croissante du public encouragée par de telles activités exercera une pression sur les puissances nucléaires et leurs alliés pour abandonner la politique de s’accrocher à leurs arsenaux nucléaires.

Pour aller de l’avant en vue d’éliminer complètement les armes nucléaires, il est primordial de construire une majorité d’opinions à l’appui du traité dans les pays dotés d’armes nucléaires et de leurs alliés et de presser leurs gouvernements pour signer et ratifier le traité avec la force de l’opinion publique Et les mouvements. Les États-Unis, l’U.K. et la France ont rejeté le traité en disant qu’ils ne seraient jamais « partisans ». D’autres puissances nucléaires ont déclaré qu’elles étaient favorables à une approche « étape par étape » et qu’elles ne participeraient pas au traité. Dans ces pays, nous devons construire l’opinion publique pour remettre en question la position des gouvernements vis-à-vis du traité et appuyer leur participation. De grands progrès vers un monde sans armes nucléaires seront rendus possibles en rassemblant ces voix et ces actions.

Le développement nucléaire et antimissile de la Corée du Nord en violation des accords internationaux constitue une grave menace pour la paix dans la région et dans le monde et ne doit pas être toléré. Toutes les menaces militaires et les provocations devraient s’arrêter immédiatement. Toutes les parties concernées devraient prendre des mesures sans délai pour une solution diplomatique et pacifique. Selon l’esprit du traité sur l’interdiction des armes nucléaires, nous demandons à la Corée du Nord d’arrêter les activités nucléaires et d’abandonner tous ses programmes. Les pratiques et la consolidation des zones exemptes d’armes nucléaires existantes, ainsi que les efforts régionaux pour créer de nouvelles zones de ce type, sont également importants.

La déception et le ressentiment se répandent parmi les Hibakusha et d’autres secteurs de population lors du refus du Gouvernement du pays bombardé d’avoir participé au Traité d’interdiction nucléaire. Nous exhortons le gouvernement japonais à quitter le « parapluie nucléaire » des États-Unis et à signer le Traité d’interdiction sans délai. Un grand nombre de personnes s’opposent à la destruction des principes de paix de la Constitution et aux préparatifs pour se joindre à des guerres à l’étranger. En Okinawa, une lutte impliquant tous les résidents d’Okinawa se développe contre la construction d’une nouvelle base américaine. Nous exprimons notre solidarité avec le mouvement au Japon pour la défense de la Constitution et pour un Japon non nucléaire et pacifique.

À la racine du traité d’interdiction nucléaire, le rôle joué par les mouvements de paix anti-nucléaires travaillant avec Hibakusha à la base dans le monde. L’opinion et le mouvement des gens dans le monde entier détermineront le résultat et les événements futurs. Nous appelons aux actions suivantes :

  • Accroître l’opinion des gens pour exiger de tous les gouvernements la participation au Traité sur la prohibition nucléaire et un engagement supplémentaire dans la réalisation de l’élimination complète des armes nucléaires. Du 20 au 26 septembre, nous proposons de lancer des actions simultanées internationales « Peace Wave » reliant différentes activités de base pour demander la participation au Traité.
  • Initier de vastes dialogues pour informer le grand public de l’inhumanité des armes nucléaires et de l’impératif de l’élimination totale des armes nucléaires; Pour promouvoir des événements et des activités pour écouter les témoignages de Hibakusha, exposer les panneaux photo de Hiroshima et Nagasaki, hériter des souvenirs de Hibakusha et connaître le traité d’interdiction nucléaire lui-même; Pour améliorer l’éducation à la paix comme l’encourage le traité.
  • Accélérer et élargir la campagne de signature internationale à l’appui de l’appel d’Hibakusha pour interdire et éliminer les armes nucléaires dans le but de créer des centaines de millions de signatures dans le monde d’ici 2020.
  • Accroître la coopération entre les gouvernements nationaux, les mouvements de l’ONU et de la société civile dans les occasions qui ont précédé le 20 septembre pour la signature du Traité, Journée internationale pour l’élimination totale des armes nucléaires le 26 septembre, session ordinaire de la Première Commission de l’AGNU , La Réunion de haut niveau des Nations Unies sur le désarmement nucléaire en 2018 et la prochaine réunion du Comité préparatoire de la Conférence d’examen du TNP.
  • Accroître le secours et la solidarité envers Hibakusha et contribuer à l’indemnisation de l’État; Soutenir les efforts de Hibakusha de deuxième et troisième génération; Demander le soutien des victimes d’essais nucléaires; Renforcer la solidarité avec les mouvements exigeant le soulagement des victimes de l’accident de la centrale nucléaire et exigeant l’énergie nucléaire ZERO; Soutenir les victimes de l’agent Orange, de l’uranium appauvri et d’autres dégâts de guerre.
  • Solidarité aux luttes et aux mouvements contre la guerre et la paix, pour la réduction et l’enlèvement des bases étrangères à Okinawa et autres, opposition au complexe militaro-industriel; Une réduction des dépenses militaires et l’amélioration du niveau de vie, de l’emploi et de la protection sociale, la lutte contre la pauvreté et les écarts sociaux, la prévention des changements climatiques et la protection de l’environnement mondial, la lutte contre la discrimination fondée sur le sexe et d’autres facteurs et la lutte pour le développement de la culture de paix.

Le traité d’interdiction nucléaire met l’accent sur le rôle de Hibakusha et les mouvements de la société civile dans leur défense de l’élimination totale des armes nucléaires. Laissez-nous ouvrir notre avenir avec le Hibakusha. Maintenant que la porte d’un « monde exempt d’armes nucléaires » est ouverte, avançons avec les jeunes en plein esprit pour y parvenir.

5 août 2017 Hiroshima
Conférence mondiale 2017 contre les bombes A et H


Transmis par la délégation du Mouvement de la paix qui Participe à cette conférence contre les bombes A et H (Roland Nivet, Fatima Shams, Claude Chapet)

conférence mondiale 2017 contre les bombes A & H

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives