Bretagne et Grand Ouest

Vernissage de l’exposition ART ET PAIX à l’UD CGT35 le 13 juin 2022

Dominique secrétaire de l’UD CGT et Jacques responsable de l’IHS Bretagne en discussion

Intervention vernissage exposition le 13 juin 2022 – Jacques COLIN Président de l’IHS CGT Bretagne

L’exposition fait suite à une première discussion dans le cadre du 1er mai, et d’une déclaration commune UD-IHS-Mouvement de la Paix qui s’inscrit pleinement dans l’appel de la déclaration du Comité confédéral national de la CGT des 10 et 11 mai 2022.

Une exposition réalisée sur la base de documents de la CGT qui attestent de son engagement depuis sa création pour la Paix et le désarmement ainsi que des tableaux et documents du Mouvement de la paix avec lequel nous agissons depuis de nombreuses années.

La CGT rappelle que le combat contre la guerre est une priorité. Elle appelle ses syndicats à mener une campagne de haut niveau pour la paix et le désarmement dans le monde. Elle exige de la France qu’elle mette tout en œuvre pour mettre fin aux tueries en commençant par l’arrêt des livraisons d’armes aux belligérants. L’agression de l’Ukraine par Poutine et la guerre qu’elle a générée n’est pas celle des travailleuses et des travailleurs. C’est avant tout un conflit impérialiste notamment avec le rôle de l’OTAN pour la maîtrise des ressources naturelles, de voies de communication stratégiques et de zones d’influence géopolitique, … Il précipite les pays dans une spirale pouvant entraîner une généralisation de la guerre en Europe et au-delà. C’est pourquoi la CGT réaffirme la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat, le respect des frontières et l’ouverture de négociations sur la base du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Les sanctions internationales ne doivent pas viser les populations qui sont déjà les premières victimes des guerres. Elles ne doivent atteindre ceux qui déclarent les guerres, décident de leur continuation et anticipent sur les marchés juteux de la reconstruction.

D’autre part Lors du dernier Conseil d’administration de l’institut CGT d’histoire sociale, celui-ci a eu l’occasion de revenir sur l’action internationale et historique de la CGT pour la paix et la solidarité entre les travailleurs de tous les pays. Depuis son origine, le mouvement ouvrier travaille à cette question, analysant très bien que la guerre sert les puissants et se réalise toujours au détriment des peuples. Aujourd’hui, les chances d’arriver à un cessez-le-feu et d’ouvrir des discussions vers la paix sous l’égide de l’ONU sont en fait très faibles. Tant du côté russe que de celui de l’alliance atlantique dominée par les USA, la seule issue envisagée est celle d’avoir un vainqueur et un vaincu, ce qui signifie une guerre qui s’installe dans la durée avec des conséquences terribles pour la population ukrainienne en premier lieu mais aussi en Russie et sur le plan mondial.

Les dépendances énergétiques et alimentaires sont énormes, des craintes de famines existent en Afrique, cette guerre a déjà des répercussions énormes à l’échelle planétaire et nous ne sommes qu’au début de ce phénomène. Les marchands d’armes, comme ceux qui spéculent sur les produits céréaliers, sont les grands gagnants. Les premiers sont en train de faire des bénéfices colossaux au regard des programmes d’armements qui se mettent en place aux USA et dans toute l’Europe. Après avoir servi à outrance l’industrie pharmaceutique durant la pandémie, une fois encore tous les robinets financiers sont ouverts quand il s’agit d’augmenter les budgets militaires.

Des phrases terribles sont prononcées avec des menaces d’utilisation d’armes nucléaires et de guerre à l’échelle mondiale, et nous avons un sentiment d’impuissance au regard de la faible réaction coordonnée et déterminée des forces progressistes pour imposer des actions politiques pour la paix. La solution à ce conflit doit être diplomatique sur la base d’une recherche absolue d’un accord de paix sous l’égide de l’ONU et de l’OSCE. La CGT a inscrit dans son programme « la nécessité d’interdire les armes atomiques et de détruire les stocks existants » lors de son 28e Congrès en 1951. Elle s’est engagée dans l’Appel de Stockholm lancé par le Comité mondial des partisans de la paix en mars 1950. C’est dès cette époque que la CGT s’inscrit comme une composante active du Mouvement de la Paix. En 1966, elle se prononce contre la constitution d’une force de frappe nucléaire et pour l’arrêt des essais atomiques qui avaient débuté dans le Sahara en février 1960. La CGT s’est opposée à la constitution de l’Otan au lendemain de la Deuxième guerre mondiale et au réarmement de l’Allemagne. Même si elle ne se manifeste plus avec la même force, la CGT est riche d’une histoire de lutte contre la guerre et pour la paix. C’est bien la richesse de ces luttes et la diversité des terrains où elles se sont exprimées avec un engagement militant fort qu’il est important de retenir. Ce sont ces valeurs humanistes, de solidarité internationale, de liberté, d’égalité et de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes qui ont prévalu dans l’histoire de la CGT, sans jamais renier les positions de classe. C’est toute l’originalité du syndicalisme CGT et il faut savoir faire ressurgir ces valeurs fondamentales.

Cette exposition dans le prolongement d’une déclaration commune départementale UD -IHS et Mouvement de la Paix s’inscrit dans ce combat. Merci de votre attention

Intervention vernissage exposition le 13 juin 2022 – Roland NIVET Porte-parole national du Mouvement de la Paix

Merci à l’union départementale CGT 35 et à ses responsables départementaux, à institut d’histoire sociale CGT de nous accueillir aujourd’hui dans ses locaux pour accueillir l’exposition l’art et la paix, dans le cadre d’une initiative plus large engagée depuis plusieurs années sur le thème « en mai les arts en paix » à laquelle UD CGT a déjà participé il y a quelques années.

Je voudrais commencer mon intervention en citant un des textes qui ces dernières années a servi de base à plusieurs actions conduites en commun à savoir le texte fondateur du Collectif des marches pour la paix :

Pour la paix : Stop la guerre – Stop la violence – Stop la misère. Exprimons notre volonté de vivre en Paix dans un monde de solidarité, de justice, de fraternité

L’aspiration des peuples à vivre ensemble en paix dans la solidarité, la justice et la fraternité est immense.

Nous sommes persuadés qu’aucune de nos différences de convictions, d’appartenance ou de sensibilités philosophiques, politiques, religieuses, syndicales ou autres ne doit faire obstacle à l’expression de cette aspiration commune.

Nous sommes révoltés face à l’augmentation incessante des dépenses militaires qui sont passées de 1144 milliards de dollars en 2001 à 2113 milliards en 2021 (Sipri )et favorisent un commerce des armes immoral et dangereux, alors que le budget des Nations Unies pour les opérations de paix est de seulement 8,7 milliards et que la lutte contre le réchauffement climatique nécessite des moyens importants tout comme la réalisation des Objectifs Du Développement (ODD).

Nous sommes indignés de savoir que seulement 5 % des dépenses militaires mondiales pendant 10 ans permettraient selon le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) de résoudre les principaux problèmes de l’humanité (alimentation en eau, faim, analphabétisme, principales maladies…).

Nous sommes conscients que la guerre est toujours un échec. Elle conduit au chaos et enfante des monstruosités dont sont victimes les populations civiles jetées sur le chemin de l’exil.

Au moment où la loi de programmation militaire votée au printemps 2018 met en oeuvre le doublement des dépenses annuelles (de 3,3 à 7 milliards d’euros) consacrées à la production de nouvelles armes nucléaires en France, n’est-ce pas le moment opportun, de dire non à cette augmentation, pour dire que notre aspiration au développement d’une culture de la paix (voir « La culture de la paix c’est quoi ? » en PDF) est inconciliable avec une nouvelle augmentation des dépenses consacrées aux armes nucléaires dans notre pays et dans le monde ?

Enfin nous sommes convaincus que lorsque la guerre se développe, que les dépenses militaires augmentent et que la paix est menacée il est nécessaire d’agir pour obtenir des politiques sociales, économiques, culturelles et de paix s’inspirant de la charte des Nations Unies et des huit domaines de la culture de la paix définis par l’Unesco (voir « La culture de la paix c’est quoi ? » en PDF) afin de contribuer à la construction d’un monde de justice, de solidarité, de fraternité, de Paix !

C’est sur cette base que s’est construit le Collectif national des marches pour la paix qui a été signé aujourd’hui par plus de 200 associations et organisations. La CGT comme le Mouvement de la paix sont membres de la coordination nationale de ce collectif aux côtés de la FSU, solidaires, enseignants pour la paix, de Pugwash association de scientifiques, prix Nobel de la paix en 1995, de l’AFCDRP Association française des communes départements et régions pour la paix.

Sans remonter trop loin dans l’histoire je voudrais prendre quelques exemples qui m’ont marqué dans la lutte pour la paix menée souvent en commun entre la Cgt et le Mouvement de la Paix. Excusez-moi si j’ai oublié des choses importantes.

En Bretagne où nous avons été au coude à coude dans la lutte pour la paix.

Déjà en 1995, les camarades de la CGT de Brest et du 29 en particulier de l’arsenal ont préparé avec nous et assuré le service d’ordre de la grande manifestation contre les essais nucléaires au monde qui a réuni 20.000 personnes devant la base de sous-marins nucléaires de l’Ile Longue à Crozon.

L’année suivante en 1996 nous avons conduit ensemble une action sur toute le Bretagne en particulier avec la participation des syndicats SBAM CGT et SNA CGT avec un appel des quatre unions départementales CGT pour un rassemblement devant la même base avec 4000 personnes mais avec la particularité que c’est essentiellement grâce aux 2 syndicats CGT précités et plus particulièrement du SNA qu’ont été rassemblées 400 œuvres d’art contre les 300 à 400 missiles de l’Ile longue, avec je crois cette année la présence de Claude Pieplu comédien membre du SFA syndicat français des acteurs affilié à la CGT.

Je me souviens aussi des mobilisations contre la guerre en Irak.

Mais aussi de l’accueil chaleureux de l’UL CGT de Saint Malo pour les voiles de la paix il y a une 20taine d’années et il ya quelques mois pour un débat sur la paix organisé dans les locaux de la Maison du peuple de Saint Malo.

Par ailleurs en 1998 la solidarité avec les démocrates algériens qui subissaient ce que l’on a appelé la décennie noire à savoir la manifestation, l’expression sanglante et criminelle de l’extrémisme violent en Algérie et plus particulièrement des groupes islamiques armés qui avaient assassiné un secrétaire général de UGTA devant le siège de la centrale syndicale algérienne une parmi les 200 000 victimes . C’est grâce à l’intervention de la CGT auprès de UGTA qu’a pu être organisée une des premières délégations auprès des démocrates algériens délégation à laquelle j’ai eu l’honneur de participer aux côtés de Bernard Lacombe prêtre-ouvrier et secrétaire confédéral de la CGT et d’Arielle Denis secrétaire nationale du Mouvement de la paix.

Avec Bernard Lacombe nous avons réussi à aller jusqu’à Sétif conduit en voiture depuis Alger jusqu’à Sétif grâce à un militant syndical de l’UGTA pour remettre à l’UGTA plusieurs milliers de lettres de citoyens de Rennes qui furent distribuées dans toute la ville de Sétif.

Il y a 3 ou 4 ans je voudrais rappeler l’accueil à l’union régionale CGT d’une délégation de survivants d’Hiroshima conduite par le syndicat japonais partenaire de la CGT au plan international mais aussi le concert organisé en commun à la salle de la cité contre l’état d’urgence après les attentats de 1995.

C’est en 2014 que Philippe Martinez a signé l’appel international lancé par le Mouvement de la Paix français :

Maudite soit la guerre, construisons la Paix !

Nous, femmes et hommes de tous les continents de la planète, favorables au développement d’une culture de la Paix au plan mondial, nous savons que pour l’avenir de l’humanité il n’y a pas d’autres chemins que la Paix.

Nous savons aussi que la Paix est une construction qui nécessite en permanence l’action des citoyens, des peuples et des Etats.

C’est pourquoi, face aux dangers pour la paix que constituent : une mondialisation qui fait porter aux peuples le fardeau de dépenses militaires démesurées, des armes nucléaires qui menacent la survie de l’humanité, des dérèglements climatiques,

Nous appelons toutes les femmes et les hommes, à travers le monde, à se mobiliser pour la Paix afin d’obtenir de tous les responsables politiques, élus, chefs d’Etat et responsables d’institutions internationales, qu’ils agissent en faveur de mesures de désarmement multilatéral (en particulier nucléaire), de protection de la planète, de développement de tous les droits humains et d’éducation à la culture de la Paix conformément à la Charte des Nations Unies.

100 ans après l’armistice du 11 novembre 1918, maudite soit la guerre, construisons la Paix !

Au plan départemental et régional, le partenariat CGT le Mouvement de la paix s’est développé en permanence. Au-delà des manifestations contre la guerre en Ukraine, je veux signaler la manifestation organisée à Brest le 5 janvier 2022 face à la réunion des ministres des Affaires étrangères et des ministres de la Défense de l’union européenne pour alerter sur les dangers de la guerre en Europe et la nécessité de construire une Europe de paix.

Avec cette manifestation nous étions bien en avance pour alerter sur les risques de guerre en Europe et pour demander que l’UE agissent vraiment pour la paix et une sécurité collective en Europe

Il ne faut pas oublier non plus les nombreuses participations communes aux conférences d’examen du traité de non-prolifération nucléaire qui avaient lieu à New York et en particulier celle de 2010 qui intégrait dans sa délégation, Servane Revault alors membre de la direction de l’union départementale CGT 35 et 4 militantes du Comité de Rennes du Mouvement de la Paix dont moi-même.

Projetons-nous dans l’avenir immédiat puisque le 5 octobre 2022 la CGT et le Mouvement de la Paix organisent dans les locaux de la confédération CGT à Montreuil, le premier colloque de ce genre organisé en France sur le thème « quelle économie pour la paix », colloque largement ouvert à toutes les autres organisations et associations avec lesquelles nous collaborons souvent sur ce thème.

C’est donc avec un immense plaisir d’être parmi vous, dans les locaux de l’UD CGT 35 pour cette initiative originale d’accueil de l’exposition l’art et la paix dans les locaux de l UD CGT35.

Je pense que nous serons encore au coude à coude pour les manifestations des marches pour la paix qui ont traditionnellement lieu entre le 21 septembre 2022 Journée internationale de la paix et le 26 septembre Journée internationale des Nations unies pour l’élimination totale des armes nucléaires tant à Saint Malo qu’à Rennes et dans d’autres villes.

Je terminerai en indiquant notre engagement contre la guerre en Ukraine au coude à coude avec d’autres organisations membres du Collectif des marches pour la paix. Nous devons absolument réactiver la dynamique pour aller rapidement vers d’autres manifestations publiques de notre volonté d’obtenir un cessez-le-feu immédiat et l’engagement d’un processus pour une solution négociée au conflit en cours en Ukraine.

Enfin en tant que membre du syndicat CGT de l’Université de Rennes 1, je veux indiquer que mes responsabilités de porte-parole national du Mouvement de la Paix ne m’empêchent nullement de répondre positivement aux sollicitations éventuelles de la CGT au plan départemental pour apporter ma contribution à des initiatives propres de la Cgt aux plans local, départemental ou régional.

Le collectif 35 du Mouvement de la Paix donnera la plus large diffusion la déclaration commune élaborée dans le cadre de la présente initiative. Je vous remercie de votre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives