Bretagne et Grand Ouest

Dimanche 31 mars 2019 de 15h à 18h à Saint-Malo
HÔTEL l’UNIVERS
SÉMINAIRE DE RÉFLEXION
« FACE AU G7 DÉFENDONS NOS ALTERNATIVES »

Durant les derniers mois, la convergence autour des alternatives, écologiques, de transformations sociales et pacifistes sont de plus en plus évidentes.

Dans ce contexte, 20 premières organisations de tous secteurs, dont le Mouvement de la Paix, réunies en une coordination nationale, appellent à se mobiliser pour défendre nos alternatives face au G7 qui doit se réunir à Biarritz au mois d’août. De nouvelles organisations ont rejoint cet appel et l’appel sera rendu public nationalement dans les prochains jours.

Nous avons appris depuis, avec la venue du ministre des affaires étrangères à Saint Malo, que se tiendra les 5, 6 et 7 avril à Saint Malo et Dinard une réunion des Ministres des affaires étrangères des États du G7 pour préparer le sommet.

Hotel de l'Univers, St-Malo

Dans ce cadre, les Comités du Mouvement de la Paix de Bretagne et de l’Ouest ont décidé de proposer, dans le cadre du collectif National « défendons nos alternatives « , la tenue à Saint Malo le dimanche 31 mars de 15 h à 18 h, à L’Hotel l’Univers, d’un séminaire de réflexions et de propositions sous le thème « défendons nos alternatives ». Ce séminaire pourra être accompagné d’actions publiques.

Nous proposons que toutes les organisations nous fassent connaitre si elles souhaitent participer à ce séminaire en écrivant à l’adresse paix.bretagne@gmail.com.

Le Mouvement de la Paix a pris en charge la location de la salle. Les contributions volontaires sont toutefois bienvenues.

Pour plus d’infos :

Le Mouvement de la Paix, Collectif Bretagne et Ouest
Signataire de l’appel national « Défendons nos alternatives »


Appel à la mobilisation pour défendre nos alternatives face au G7

La France est le pays hôte du prochain G7 qui se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août 2019.

Pendant des décennies, le G7 a joué un rôle de directoire économique et financier aux côtés du FMI, de l’OMC et de la Banque Mondiale. Aujourd’hui, il est l’espace où sept des plus grandes puissances économiques mondiales (1) et la Commission Européenne se réunissent pour perpétuer un système qui a conduit à une croissance des inégalités et une mise à sac de notre planète, tout en laissant faire la toute-puissance et l’influence néfaste des grandes multinationales. Ainsi, une grande partie des peuples sont privés de leurs droits et chaque jour ce sont les promesses de la Déclaration Universelle Droits de l’Homme qui sont bafouées. L’ONU
voit sa légitimité mise en cause de toute part. Partout, il y a oppression et violence alors que les politiques d’austérité entraînent un recul des droits humains.

Alors qu’il est secoué par le mouvement des gilets jaunes qui dénonce – entre autres – la croissance des inégalités, le gouvernement français prétend mettre la lutte contre les inégalités au coeur de l’agenda du G7. Mais à qui cette augmentation des inégalités est-elle due, si ce n’est aux politiques néo-libérales mises en oeuvre par les pays les plus riches ! Pompiers pyromanes? Que les pays du G7 nous démontrent le contraire en s’attaquant réellement aux politiques structurelles, mises en oeuvre depuis des décennies, qui sont à la racine des inégalités actuelles.

Ces sommets du G7 organisés à grands frais (500 millions de dollars en 2018) se traduisent par des opérations de communication. Mais les problèmes sont-ils vraiment traités ?

Aussi, nous, citoyens et citoyennes regroupé.e.s au sein de collectifs, de mouvements ou d’organisations, allons prendre la parole pour rappeler l’urgence de mettre en oeuvre des mutations profondes et radicales à notre système économique et social, pour les droits de chacun.e, et la dignité de notre Terre retrouvée. La lutte contre les inégalités, l’urgence climatique et sociale, ne peuvent en effet se contenter de beaux discours. Il n’y a plus le temps. Il y a urgence à ce que face à ces enjeux, les pays riches prennent leur responsabilité.

Ce G7 se tiendra au Pays Basque, terre de résistances où sont profondément enracinés des combats guidés par la solidarité et la volonté de construire un monde plus juste et plus désirable. Nous pensons que nous pouvons, en terre Basque et ailleurs, construire des futurs souhaitables et mettre fin à la croissance intolérable de la pauvreté et des inégalités.

Alors même que le gouvernement français prévoit de limiter substantiellement les droits de circulation et de manifestation, nous nous rassemblerons pour exprimer la diversité de nos aspirations, analyses et alternatives pour un autre monde.

Pour nous, le monde de demain nécessite la défense et la promotion des droits humains, socle premier de toute politique. Nos propositions concernent :

  • La fin d’un système économique et financier fondé sur l’exploitation et l’accaparement.
  • L’action déterminée contre le dérèglement climatique et en faveur de modes de vie respectant écosystèmes et biodiversité.
  • La lutte contre le patriarcat et tout système de domination générateur d’inégalités et de négation des droits.
  • La construction d’une démocratie véritable pour toute organisation de la vie en commun où chacun.e peut exprimer ses souhaits et influer sur les choix.
  • La justice fiscale : par une fiscalité progressive, par une véritable lutte contre l’évasion fiscale associant tous les États du monde.
  • Des États au service du bien commun, régulant les multinationales pour assurer les droits des citoyennes et citoyens.
  • La fin des discriminations, l’accueil digne des personnes migrantes et la garantie de la liberté de circulation.
  • La solidarité et la paix entre les peuples.
  • Le droit à l’autodétermination.
  • La reconnaissance réelle des différences culturelles et linguistiques dans le respect des droits humains.
  • La défense des droits des paysans et paysannes, premier.e.s acteur.trice.s de la souveraineté alimentaire ; l’accès effectif à une alimentation saine, durable et équilibrée, qui soit pensée par et pour les citoyen.ne.s.
  • L’existence de services publics de qualité au plus près des personnes, y compris dans les pays les plus pauvres.
  • L’interdiction des accords de libre-échange qui mettent en cause les droits sociaux et la qualité de l’environnement.

Retrouvons-nous, associations, syndicats, citoyennes et citoyens à Biarritz, en août 2019, afin de faire entendre nos voix et nos exigences.

Premiers signataires :

Retrouvons-nous à Biarritz en août 2019 afin de faire entendre nos voix et nos exigences.

Si vous souhaitez apposer la signature de votre organisation et intégrer la plateforme nationale, prière d’écrire à s.playout@crid.asso.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives