Bretagne et Grand Ouest

La Formule de Kobé ou la force du pouvoir d’agir des citoyens.

Qui sont ces gens de kobe qui ont viré de leur port les sous-marins nucléaires américains.

Des gens comme vous et moi, mais quelle détermination ! La recette c’est une volonté politique et l’envie de réussir ? Ce sont ceux que vous voyez sur la photo :

les militants pacifists de kobe

Dans les années 90, le port de Kobé était le port d’attache de nombreux sous-marins nucléaires des États-Unis. Or Les mouvements de paix de cette ville de 1 200 000 habitants n’arrivaient pas à savoir si ces sous-marins étaient chargés de bombes atomiques. Ils ont alors décidé d’une campagne de masse alliant information massive de la population et action permanente en contact avec la population. Ainsi ils ont lancé une pétition demandant l’instauration d’une procédure de contrôle des entrées dans le port de Kobé incluant une visite citoyenne des sous-marins nucléaires pour veiller à ce qu’ils ne soient pas porteurs de bombes atomiques.

Tous les mois dans neuf points de la ville ils ont été à la rencontre de la population en proposant leur pétition à signature. Ils ont ainsi obtenu de l’ordre de 700 000 signatures. La vie politique de cette ville a été profondément marquée par cette action et le débat politique s’est porté sur le terrain choisi par les pacifistes. Lors des élections municipales, une des questions centrales a été la réponse qu’apportaient les différentes listes aux préoccupations des pacifistes. La liste répondant à ces préoccupations a été élue et les procédures de contrôle ont été mises en place à l’entrée du port de Kobé.

Cette expérience d’une action de masse en liaison avec la population montre l’efficacité et le pouvoir d’agir des citoyens. Elle peut aider à combattre les idées de renoncement ou de doute que beaucoup portent en eux-mêmes sur leur capacité à agir et sur l’efficacité de leur action.

Aujourd’hui les militants pacifistes japonais alliés avec les organisations syndicales mais aussi avec les autorités politiques locales et travaillent d’arrache-pied suivant des modes d’action similaires et ont réuni plus de 35 000 personnes en mai 2015 lors d’un rassemblement près d’OKINAWA. Ils veulent obtenir la fermeture de la base américaine d’Okinawa, qui héberge près de la moitié des 47 000 soldats américains basés au Japon. Les autorités tokyoïtes veulent en effet fermer la base actuelle et en ouvrir une nouvelle dans la ville plus isolée d’Henoko, au centre de l’île.

Alors que le gouvernement français et les gouvernements des puissances nucléaires semblent être sourds aux revendications des peuples qui demandent la mise en œuvre d’un processus d’élimination des armes nucléaires conformément au droit international alors que les Nations Unies ont adopté le 7 juillet un Traité d’interdiction des armes nucléaires ne devrions-nous pas mettre en œuvre la formule de Kobé en France en allant massivement à la rencontre de la population française pour exiger que la France ratifie le Traité d’interdiction des armes nucléaires.

Roland Nivet

un jeune activiste japonais à Kobé
un militant pacifiste à Kobé
Le mouvement de la paix à Kobé
une pacifiste militante à Kobé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives